Les Bonnes Pratiques

Le Radio-amateurisme est un hobby qui éxige de ses adeptes une certaine dose de sérieux et de discipline. Comme l’aviation de loisirs ou la navigation de plaisance, il est nécessaire de respecter des règles de courtoisie et des procédures qui garantissent la fluidité du trafic radio. En voici quelques-unes.

Vérifier que la fréquence est libre avant de l’utiliser

Avant de lancer appel, je vérifie que la fréquence est libre en tendant l’oreille le temps nécessaire pour être sûr qu’elle n’est pas utilisée. En VHF, il suffit d’écouter 30 ou 60 secondes, en HF, il faut lancer : « Is the frequency in use please ? Est-ce que la fréquence est libre s’il vous plait ? ». Si personne ne vous répond à cette question, vous pouvez lancer CQ CQ CQ.

Avant d’appuyer sur le micro, je dois savoir ce que je vais dire

Un bon QSO est un QSO utile aux stations qui y ont participé et aux écouteurs. Sachez que nos contacts radio sont écoutés par les autorités marocaines (toutes bandes) et à l´étranger (HF) sans oublier les récepteurs à bord de navires de passage prés de nos côtes (VHF et UHF notamment). Il faut donc être exemplaire. Avant de parler au micro, il faut se poser la question : « Est-ce que je ce que je vais dire a un rapport avec le monde de la radio ? Avec la science et la connaissance en général ? » Si la réponse est négative aux deux questions, alors il faut peut-être prendre quelques minutes pour se préparer jusqu’à trouver un sujet intéressant.

Être exemplaire tout le temps et sur toutes les bandes de fréquences

Il existe une règle simple : quand je parle à la radio, je donne le meilleur de moi-même et je cherche à projeter une bonne image de ma personne et de mon pays. Il faut bannir tout ce qui peut offenser autrui ou laisser croire que les radioamateurs ne sont pas des gens sérieux : pas de ricanements, pas d’éclats de rire intempestifs, pas de gros mots, pas de critique à l’égard d’autres OM ou d’institutions (ANRT, etc…). Ne jamais s’approcher du microphone quand on est sous l’influence d’un médicament ou d’une substance qui peut brouiller le jugement. Veiller à la qualité de votre émission, modulation (niveau ALC), puissance etc…

Dans la rue, je trafique discrètement et dans le respect du code de la route

La législation nous autorise à utiliser des talkie-walkie et des transceivers installés dans les voitures. Mais, il faut garder à l’esprit la réalité de notre pays. Il faut essayer d’opérer sans trop attirer les regards car beaucoup dans le public peuvent croire que nous faisons partie d’une administration. Notre meilleure protection est notre discrétion.  Exhiber un talkie-walkie peut nous exposer à des conséquences inattendues tels que vols à l’arrachée, ce qui peut exposer un matériel sensible à des usages illicites. Par ailleurs, il ne faut jamais conduire et trafiquer simultanément : le code de la route est le même pour tous.

Utiliser toutes les bandes de fréquences autorisées dans la mesure du possible

Une règle d’or : faire au moins un QSO par mois sur la bande des 430 Mhz (simplex ou relais) ou bien sur d’autres gammes peu utilisées comme le 1200 Mhz ou le 50 Mhz, si ce n’est pour faire un contact local en FM de quelques minutes. Nous avons l’obligation morale de faire acte de présence sur toutes les bandes de fréquences attribuées car elles sont convoitées par d’autres utilisateurs (opérateurs internet notamment) et par les pirates.

Priorité aux mobiles sur les relais VHF et UHF

La mission principale d’un relais est de permettre la communication entre stations mobiles (et portables). Lorsque j’entends un collègue opérant en mobile, je lui donne la priorité. Je laisses des « blancs » c’est-à-dire des intervalles de 15 secondes après chaque transmission pour donner une chance aux mobiles de se manifester. J’évite aussi de tenir des QSO prolongés entre stations fixes sur un relais : le mieux est de faire QSY vers une fréquence simplex.

Je réponds aux appels généraux en VHF et UHF quelque soit la station qui émet

Personne n’est obligé d’aimer tous ses collègues radioamateurs. Mais, il est nécessaire de répondre aux appels généraux si ce n’est pour donner un rapport d’écoute et se retirer immédiatement. Une station mobile peut avoir besoin d’une aide particulière ou d’un radioguidage, il faut lui répondre absolument.

Sujets à éviter sur l’air (surtout dans les QSO locaux)

On ne parle pas de Politique, ni de Religion ni de Vente-Achat de matériel. Pour échanger le matériel radioamateur, il faut utiliser d’autres moyens : téléphone, annonces internet, etc. Cela n’empêche pas de commenter la performance de tel ou tel équipement (radio, antenne, accessoires) mais il faut éviter de parler d’argent sur l’air (QSJ).

Le 145.500 Mhz n’est pas une fréquence de bavardage

Au Maroc, les stations VHF ont l’habitude de veiller le 145.500 Mhz. Cette fréquence est utilisée pour faire un appel général. Mais, dès que la communication est établie, il faut passer (faire QSY) vers une autre fréquence. L’objectif est de laisser la fréquence toujours disponible (surtout pour les mobiles et les DX).

Driss GHALI, CN8VY